Samedi 9 novembre, avait lieu à la gare de Sérézin, la commémoration de la terrible catastrophe  ferroviaire  du 16 octobre 1953. 

Cette cérémonie était organisée par un rescapé Marius Kouzoubachian qui avait alors 16 ans et qui a porté secours à un bébé de 6 mois, Gilbert Guyard dont la maman Andrée venait de décéder. Il souhaitait accomplir ce devoir de mémoire et y associer les familles des victimes, les communes de Sérézin, de Ternay et de Chasse ainsi que la direction de la SNCF.

66 ans après, beaucoup de sérézinois se souviennent  de ce drame où  11 personnes ont perdu la vie dont 6 sérézinois. 

Un rappel des faits : Le 16 octobre 1953 à 7 h du matin, un train en provenance de Saint-Rambert d’Albon et à destination de Lyon transporte des ouvriers et employés qui vont travailler aux usines de Saint-Fons ou à Lyon. Le brouillard est épais. Le convoi de voyageurs  est percuté à l’arrière par une locomotive « haut le pied » (c’est à dire circulant seule »). Les  wagons explosent en se fracassant les uns sur les autres. 

Les victimes : Louis Barnavon, 49 ans de Ternay ; Andrée Garcia Ballester, 26 ans, de Sérézin ; Andrée Guyard 28 ans de Sérézin ; Paulette Kingel Schmitt , 31 ans de Sérézin et institutrice dans notre village ;  Jeanne-Marguerite Mathieu, 47 ans, Jeanne Pascal, 31 ans de Ternay ; Marie-Célestine Pillon, 47 ans de Sérézin ; Antoine Praly, 62 ans d’Avignon ; Marie Reynard, 32 ans de Chasse, Georges Rieux, 30 ans de Sérézin ; François Rosso, 52 ans, de Sérézin.

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies.